Lyon, berceau et de la police scientifique et haut lieu de la criminologie

Saviez vous que Lyon était le berceau, ou du mois l’un des berceaux, de la police scientifique? En fait, c’est lié à deux hommes : Alexandre Lacassagne, le maître, et Edmond Locard : l’élève. Explications dans cet article (que vous pouvez également retrouver, en version plus résumée, dans la vidéo ci-dessous).

Alexandre Lacassagne : le créateur de la criminologie moderne

Aelxandre Lacassagne : professeur à la faculté de Médecine Légale de Lyon
Alexandre Lacassagne (1843-1924)

Si vous êtes Lyonnais, ou si vous avez si vous avez habité à Lyon, ce nom vous dit sans doute quelque chose car une grande avenue 3ème arrondissement a été baptisée en son honneur. Médecin de formation, Alexandre Lacassagne a été professeur de médecine légale à la faculté de Lyon, de 1878 à 1913. Il est surtout connu (et reconnu) pour avoir créé « l’école lyonnaise » (par opposition aux thèses alors en vogue de « l’école italienne »). Alors qu’on pensait à l’époque que les instincts criminels avaient une origine héréditaire, Lacassagne a été le premier à dire qu’on ne naissait pas criminel, mais qu’on le devenait. Pour lui, la criminalité était liée à l’éducation et à son environnement amical et familial (son vécu, en somme). Ses thèses font depuis l’unanimité dans le monde de l’anthropologie criminelle et il devint rapidement l’une des plus grandes figures de cette science.

Décédé en 1924, il repose au cimetière de Beynost, dans l’Ain.

Edmond Locard, précurseur de la police scientifique… et d’Interpol

Edmond Locard (1877-1966)

Un autre Lyonnais va devenir célèbre dans le monde de la criminologie. L’un des élèves d’Alexandre Lacassagne à la faculté de Médecine légale de Lyon, Edmond Locard, va créer en 1910 le premier laboratoire de police scientifique du monde. Son labo était installé dans les combles du Palais de Justice et est le sujet d’une anecdote savoureuse.

En 1925, Edmond Locard accueille l’écrivain anglais Sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes. En visitant le musée de la Crime créé par le lyonnais, l’auteur britannique de romans policiers aperçut un portrait de Jules Bonnot, anarchiste et leader de la célèbre « bande à Bonnot ». Il reconnut alors son ancien chauffeur. Et oui, Jules Bonnot, l’un des plus grands criminels français du début du XXème siècle, a également été le chauffeur de Sir Arthur Conan Doyle.

Depuis, le labo d’Edmond Locard a quitté les toits du Palais de Justice, mais il existe toujours. Il est l’un des cinq laboratoires de l’Institut National de Police Scientifique (INPS), dont le siège social est d’ailleurs à Écully, en banlieue lyonnaise.

En plus de son apport dans la création de la police scientifique, Locard militait aussi pour une meilleure coopération des polices au niveau mondial. C’est en son hommage que Lyon a été choisi dans les années 1980 pour accueillir le siège d’Interpol (situé quai Charles-de-Gaulle, dans le 6ème arrondissement, vers la Cité Internationale).

Siège d’Interpol à Lyon (Rhône, France)

Menez l’enquête sur les traces de Lacassagne et de Locard

Si le monde des enquêtes policières vous intéressent, alors plongez dans une intrigue qui vous emmènera dans les pas d’Alexandre Lacassagne et d’Edmond Locard avec le roman policier historique Bien Paraître. L’histoire se déroule à Lyon et dans sa région. Vous assisterez notamment à une autopsie de l’IML (Institut de Médico-Légale) de Lyon, à Grange-Blanche, à une visite devant les locaux d’Interpol, sur les quais du Rhône, et même une petite balade au Parc de la Tête d’Or.

Né en 1987 dans la région lyonnaise, Sébastien Mayoux vit depuis 2015 de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada. Sorti en 2018, Al Baas : l’ennemi de l’intérieur est son premier roman.