Les procureurs, les juges d’instruction et le parquet dans le système judiciaire français

D’après le code pénal français, l’instruction judiciaire est menée par la justice, et non par la police. Lorsqu’un crime ou délit est constaté, le ministère public, couramment appelé parquet, se saisit du dossier. Le procureur ou le substitut du procureur confie alors l’enquête à des officiers de police judiciaire et nomme un juge d’instruction pour encadrer l’action de ces policiers ou gendarmes. C’est ce dernier qui va par exemple décider de l’interpellation de suspects, de leurs gardes-à-vue ou de leurs détentions, en se basant sur le lecture du rapport fourni par les OPJ.

Procureur de la République plaidant dans un tribunal
On appelle le parquet la « magistrature debout », par opposition aux magistrats assis.

Bien qu’ils soient souvent dans l’ombre, il arrive que quelques-uns de ces juges soient devenus célèbres. Les actions anti-corruption d’Eva Joly dans le dossier Elf ou encore celles de Renaud Van Ruymbeke dans l’affaire Clearstream 2 ont contribué à leurs médiatisations. 

Dans la fiction, les séries TV Les Cordier : Juge et Flic et Le Juge est une femme étaient deux exemples de séries policières dans lesquelles les personnages principaux n’étaient pas des enquêteurs mais des membres de l’institution judiciaire. 

Pour la conduite des enquêtes, la police scientifique et la médecine légale sont également des armes essentielles pour les juges d’instructions et les enquêteurs afin de mener à terme leurs investigations.