Les officiers de police judiciaire (OPJ) en France

Un officier de police judiciaire est un fonctionnaire d’État habilité à constater des crimes, des délits ou des contraventions. En droit français, leurs statuts et leurs rôles sont définis par l’article 16 du code de procédure pénale et on en distingue deux types : 

  • Ceux qui peuvent mener des enquêtes policières. C’est le cas de certains gendarmes et policiers. Dans ce cas précis, ils sont placés sous l’autorité de la justice. C’est le parquet qui les saisit et ils doivent, tout au long de leurs investigations, rendre des comptes à un juge d’instruction.
  • Ceux qui ne ne sont pas destinés à enquêter, et dont le rôle se résume à constater des crimes ou des délits et d’en informer – le cas échéant – la justice. C’est le cas des maires et de leurs adjoints, des capitaines de navires ou encore les chefs de district des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). 

S’ils n’ont pas le statut d’OPJ, certains agents des douanes ou des services fiscaux peuvent également être amenés à en avoir les mêmes prérogatives, sur décisions des ministères de la justice ou du budget. 

Descente de police
Les enquêteurs de la PJ sont des OPJ.

La plupart des agents de police ont ce statut, du lieutenant au commissaire. En revanche, tous les gendarmes ne sont pas « officiers de police judiciaire ». Pour le devenir, ils doivent être officiers, avoir obtenu un certain grade et avoir servi au moins trois ans dans la gendarmerie nationale. Au sein de cette institution, ils sont regroupés au sein de brigades spéciales, les « brigades de recherches » (au niveau départemental) et les « section de recherches » (au niveau régional). Les SR sont généralement affectés à des crimes de sang ou à des affaires de terrorisme et de grand banditisme tandis que les BR, aux effectifs plus réduits, s’occupent de délits ou d’affaires plus légères. 

Badge d'un OPJ de la gendarmerie nationale
Badge d’OPJ d’un gendarme d’une Section de Recherches

À noter que seule la gendarmerie nationale compte des OPJ. Les autres corps de la gendarmerie (gendarmerie départementale et gendarmerie mobile) n’en possèdent pas.

Dans leurs enquêtes, les OPJ doivent travailler main dans la main avec la police technique et scientifique (balistique, autopsie, etc…).